La céramique architecturale en Iran

Samedi 07/04 de 14h à 15h20, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Amphithéâtre III)

Un siècle entier de l’histoire artistique de l’Iran a pendant longtemps été occulté par les spécialistes de la discipline : le XVe siècle. L’Iran est alors successivement dominé par deux dynasties turkmènes : les «Moutons noirs» (Qarâ Quyûnlûs) et les «Moutons blancs» (Âq Quyûnlûs).

Écartées en faveur des Timurides, ces deux dynasties ont pourtant permis une effervescence créatrice considérable, leurs centres artistiques comptant parmi les plus florissants de leurs temps. Elles ont mis la céramique architecturale à l’honneur, tout particulièrement à Ispahan. Les premières études s’intéressant à ces décors architecturaux, éparses et peu précises, n’apparaissent qu’à partir des années 1970.

Sandra Aube, notre intervenante, s’est penchée sur l’art architectural de cette période charnière, à la fois passerelle entre l’époque médiévale et le temps des grands empires musulmans prémodernes, mais aussi point de rencontre entre les mondes iranien et turco-mongol. Son livre, issu de ses études doctorales, offre un panorama complet et des analyses pointues des grands monuments architecturaux de ce siècle, tout en présentant les patrons, artisans et techniques décoratives qui marquent la fin du Moyen-Âge iranien.

Sandra Aube est historienne des arts de l’Islam et chercheure au CNRS dans le laboratoire “Mondes iranien et indien”. Spécialiste du décor architectural dans le monde iranien à la fin du Moyen-Âge, elle a occupé plusieurs postes d’enseignante dans le monde universitaire, et a effectué de nombreuses recherches de terrain au Moyen-Orient. En 2018, elle est lauréate du prix du livre de l’année de la République islamique d’Iran, qui lui a été remis par le président Hassan Rouhani.

L’inscription à cette conférence se fait par ici.

Partenaires :